skip to Main Content
09 67 17 95 44 Cliquez sur l'enveloppe pour un accès direct au mail

Intervention de Michel Siffre, Président de l’URPS Pharmaciens PACA, au congrès des podologues organisé par l’URPS PODOLOGUES  vendredi 28 septembre à LA GARDE (VAR) et dont le thème était

« les chutes de la personne âgée »

84 chutes ont été analysées chez des patients âgés en moyenne de 84 ans prenant au moins un médicament connu pour exposer à des chutes. Les patients prenaient en moyenne 6 médicaments, dont en moyenne 2 exposant à des risques de chute. Les chutes ont entraîné des complications chez environ la moitié des patients, le plus souvent des fractures. Près de 40 % des patients ont gardé des séquelles de la chute.

Les médicaments mis en cause ont été, notamment, des antihypertenseurs (chez environ la moitié des patients), des benzodiazépines, des hypnotiques, des antiépileptiques.

Les chutes sont fréquentes chez les personnes âgées. Les conséquences en sont parfois graves, notamment des pertes d’autonomie.

La prévention des chutes chez les personnes âgées passe par une attention particulière aux facteurs de risque. La prise de certains médicaments en fait partie. Il importe de réexaminer régulièrement l’intérêt réel de chaque médicament de l’ordonnance pour envisager une baisse de la posologie, voire un arrêt programmé pour éviter la survenue de chutes avec leurs complications. Surtout quand la personne est déjà à risque élevé de chutes : celles ayant des antécédents de chute, gênées par un déficit visuel, une incontinence urinaire ou un handicap fonctionnel.

Le pharmacien, dans le cadre de ses nouvelles missions rémunérées, peut proposer d’effectuer un bilan partagé de médication qui se décompose en au moins 4 phases :
-bilan de recueil
-analyse des données
-Rendez vous avec le patient afin de s’assurer qu’il a bien compris comment prendre ses médicaments et s’assurer d’une bonne observance.
-entretien d’observance possible plusieurs fois.
Parallèlement, il prend contact avec le médecin afin, le cas échéant, de faire des propositions de modification de traitement.
A noter aussi que le pharmacien pourra, comme les autres PS et donc les podologues, en accord avec le patient, ouvrir un DMP ce qui améliorera la connaissance globale de son patient et de son parcours.
LE PHARMACIEN pourra proposer des aides pour le maintien à domicile et honorer toute prescription de matériel médical afin de diminuer les chutes de personnes âgées. Il travaille pour cela en collaboration avec le médecin traitant et l’infirmier(e), voire le masseur kinésithérapeute.
Les chaussures CHUT ou CHUP seront d’une aide non négligeable. Le pharmacien, quand il va au domicile du patient (dispensation de médicaments ou autre) , peut faire une évaluation des besoins et en parler avec son médecin ou avec l’infirmier(e).
Je tiens à rappeler que le pharmacien est un acteur incontournable, professionnel de santéde proximité et très proche de ses patients.
Lors de chutes, il est fréquent qu’il soit le premier à effectuer les soins de premiers recours (prise de tension, premiers soins des plaies, effet rassurant …) et éventuellement, à diriger vers le médecin traitant ou même les urgences.
Back To Top
×Close search
Rechercher