skip to Main Content
09 67 17 95 44 Cliquez sur l'enveloppe pour un accès direct au mail
PIQÛRE DE RAPPEL POUR LES ANTI-VAX

QUIZZ VACCINATION

Félicitation - vous avez complété QUIZZ VACCINATION.

Vous avez obtenu %%SCORE%% sur %%TOTAL%%.

Votre performance a été évaluée à %%RATING%%


Vos réponses sont surlignées ci-dessous.
Question 1

Les vaccins sont-ils sûrs ?

A
OUI
B
NON
C
NE SAIT PAS
Explication pour la question 1: 
Toutes les étapes de recherche et développement en amont de la commercialisation ont pour priorité d’analyser le moindre signal d’intolérance ou d’effet secondaire, avec de grandes études cliniques sur des milliers de personnes. L’ensemble de ces données, publiées et consultables par tout un chacun, sont analysées par les Autorités sanitaires avec la même exigence de sécurité pour le patient. La recherche ne s’arrête pas à la fin de la phase de développement clinique, mais se poursuit bien au-delà de la commercialisation avec des études menées en vie réelle, par les industriels et les autorités de santé, et des plans de gestion du risque. Grâce à ce suivi très précis, il est possible de repérer rapidement d’éventuels effets indésirables liés aux vaccins et de prendre les mesures nécessaires. Lors de la production, entre 100 et 500 contrôles qualité sont réalisés pour fabriquer un lot. Sur un site de production, une personne sur quatre en moyenne travaille dans le contrôle ou l’assurance qualité. Source : OMS www.who.int/features/factfiles/immunization/fr/ « 10 faits sur la vaccination »
Question 2

Donner à un enfant plus d’un vaccin à la fois peut augmenter le risque d’effets secondaires néfastes, et surcharger son système immunitaire.

A
OUI
B
NON
C
NE SAIT PAS
Explication pour la question 2: 
Les données scientifiques montrent que l’administration de plusieurs vaccins en même temps n’a aucun effet néfaste sur le système immunitaire de l’enfant. Les enfants sont exposés chaque jour à plusieurs centaines de substances exogènes qui déclenchent une réponse immunitaire. Le simple fait de consommer de la nourriture introduit dans l’organisme de nouveaux antigènes, et nombreuses sont les bactéries qui vivent dans la bouche ou le nez par exemple. Un rhume banal ou une affection de la gorge exposera l’enfant à un nombre d’antigènes beaucoup plus important que les vaccins. Les principaux avantages de l’administration de plusieurs vaccins en une seule fois sont le nombre plus limité de consultations, qui permet d’économiser temps et argent, et de plus grandes chances pour les enfants de recevoir les vaccinations recommandées à temps. En outre, lorsqu’il est possible de bénéficier d’une vaccination combinée, par exemple contre la rougeole, les oreillons et la rubéole, cela signifie moins d’injections.
Question 3

Les vaccins contiennent du mercure, qui est dangereux

A
VRAI
B
FAUX
C
NE SAIT PAS
Explication pour la question 3: 
Le thiomersal est un composé organique contenant du mercure qui est ajouté à certains vaccins comme agent conservateur. C’est l’agent conservateur le plus fréquemment utilisé pour les vaccins qui se présentent en flacons multi-doses. Il n’existe aucune donnée probante attestant que la quantité de thiomersal utilisée dans les vaccins représente un risque pour la santé.
Question 4

L’autisme est causé par les vaccins

A
VRAI
B
FAUX
C
NE SAIT PAS
Explication pour la question 4: 
Il s’est avéré que l’étude de 1998 qui avait soulevé de nombreuses inquiétudes quant à la possibilité d’un lien entre le vaccin rougeole-oreillons- rubéole (ROR) et l’autisme, comportait de graves irrégularités et la revue qui avait publié cet article l’a ensuite retiré. Malheureusement, la publication de cet article avait semé un vent de panique et conduit à une chute des taux de vaccination puis, en conséquence, à des flambées des maladies visées. Aucune corrélation n’a pu être établie entre le vaccin ROR et l’autisme ou les troubles autistiques.
Question 5

A quoi servent les adjuvants dans les vaccins ?

A
A la dilution
B
A des fonctions précises
C
A rien
Explication pour la question 5: 
La fonction essentielle des adjuvants est de renforcer la réponse immunitaire contre l’antigène vaccinal. Ils permettent selon le cas : - de garantir la réponse immunitaire qu’apporte le vaccin contre la maladie infectieuse visée, l’antigène vaccinal purifié pouvant avoir perdu une partie de sa capacité à induire une telle réponse, - d’augmenter la durée de protection du vaccin, - d’élargir la protection contre des virus qui auraient muté ou des virus non inclus dans le vaccin lui-même mais apparentés à la souche vaccinale, - de réduire la quantité d’antigène par dose de vaccin tout en conservant une réponse vaccinale optimale, ce qui permet également de produire plus de doses de vaccins pour couvrir des besoins sanitaires urgents (épidémie).
Question 6

L’aluminium des vaccins présente un danger pour notre santé

A
OUI
B
NON
C
NE SAIT PAS
Explication pour la question 6: 
L’aluminium est le troisième élément le plus fréquent sur terre après l’oxygène et le silicium. Il est toujours retrouvé dans la nature sous forme de sels (hydroxydes, silicates, sulfates ou chlorures…). Cet élément se trouve donc naturellement dans de nombreux aliments, comme le cacao, le thé, les épinards, ou encore les crustacés, l’eau de boisson, l’air que nous respirons mais aussi les cosmétiques, certains médicaments, les additifs, les ustensiles de cuisine, certains emballages, etc… Sa neurotoxicité a été établie chez l’homme lors d’ingestion à fortes doses répétées, ce qui a permis d’établir une dose maximale recommandée à 1 mg/kg/jour. Ainsi à 60 ans, en moyenne un individu aura ingéré une quantité inférieure ou égale à 328 g d’aluminium selon son mode de vie. Ce même individu, en ayant suivi scrupuleusement son calendrier vaccinal tout au long de sa vie, recevra environ 0,004 g d’aluminium par les adjuvants vaccinaux. Bien sûr, ingestion ne signifie pas injection. Et le corps humain n’absorbe réellement, dans les hypothèses les plus conservatrices, que 1 % de l’aluminium qu’il ingère. Sources : Rapport de l’Académie de pharmacie : 2016 http://opac.invs.sante.fr/doc_num.php?explnum_id=5228 Evaluation des risques sanitaires liés à l’exposition de la population française à l’aluminium EAUX, ALIMENTS, PRODUITS DE SANTE
Question 7

Pourquoi il y a parfois des pénuries de vaccins ?

A
A cause d'une hausse de la demande mondiale entre autres
B
Pour faire monter les prix
C
NE SAIT PAS
Explication pour la question 7: 
L’objectif des entreprises est évidemment d’assurer un approvisionnement continu et adapté au besoin du système de santé. Les tensions d’approvisionnement peuvent avoir des origines diverses : problème de production, hausse importante de la demande mondiale, exportations parallèles, etc. Un vaccin est un produit au cycle de vie très long (36 mois pour produire un principe actif et 10 mois de transformation en produit injectable), et l’anticipation de la demande est complexe. Afin de limiter les impacts de ces tensions, des plans de gestion de pénuries sont mis en place par les industriels et mis à disposition des autorités de santé depuis 2017. Toutes les entreprises ont des programmes visant à limiter les risques de rupture. Les informations de disponibilité des vaccins en France sont accessibles sur le site de l’ANSM, mis à jour régulièrement. En général, si un vaccin est indisponible momentanément en officine, il reste accessible dans certains centres de vaccination.
Question 8

Il est possible de vacciner un patient qui a de la fièvre

A
NON
B
OUI
C
NE SAIT PAS
Explication pour la question 8: 
La vaccination doit être différée chez les sujets atteints d’une affection fébrile sévère aiguë. La présence d’une infection bénigne n’est pas une contre-indication. Source : Guide des vaccinations-INPES- page 47-2012
Question 9

Il n’est pas nécessaire de se vacciner contre la grippe tous les ans

A
VRAI
B
FAUX
C
NE SAIT PAS
Explication pour la question 9: 
D’une année à l’autre, les souches virales qui circulent peuvent être différentes : la composition du vaccin doit être adaptée pour être efficace. Il est, depuis toujours, fabriqué à partir des différents types de virus qui ont circulé durant l’hiver précédent et sont donc les plus susceptibles d’être présents l’hiver suivant. De plus, l’efficacité du vaccin contre la grippe est limitée dans le temps. Pour les personnes âgées de 65 ans et plus, l‘immunité ne dure qu’entre 6 et 8 mois, d’où la nécessité de se faire vacciner chaque année. Source : Guide 5 questions clés- Ministère de la Santé et Assurance Maladie -encadré « bon à savoir »- page 13
Question 10

Le vaccin antigrippal est dangereux

A
VRAI
B
FAUX
C
NE SAIT PAS
Explication pour la question 10: 
Les effets indésirables des vaccins sont connus et il est bien plus dangereux d’avoir une grippe que de se faire vacciner. La plupart des effets secondaires locaux (douleur, inflammation au point d’injection) ou généraux (fièvre, malaise général) sont transitoires et bénins. Le risque de survenue d’effets secondaires graves liés au vaccin comme le syndrome de Guillain Barré reste très inférieur au risque de complication graves, directement liées à la survenue de de la grippe elle-même, dont le syndrome de Guillain Barré. Source : « le point sur risques infectieux>vaccination- Ministère de la Santé et de la Solidarité- idée reçue n°3 (en pj 5 idées fausses grippe)
Question 11

Mon patient est allergique, je ne peux pas le vacciner

A
VRAI
B
FAUX
C
NE SAIT PAS
Explication pour la question 11: 
Il convient de se référer à la notice de ces vaccins, disponibles sur le site de la base de données publique des médicaments pour connaître l’ensemble des contre-indications. Le vaccin ne doit pas être utilisé en cas d’allergie aux substances actives, à l’un des autres composants du vaccin, ou aux résidus à l’état de traces, comme les œufs ou les protéines de poulet. En cas d’asthme allergique par exemple, il est fortement recommandé de se faire vacciner. Source : http://vaccination-info-service.fr/Les-maladies-et-leurs-vaccins/Grippe
Question 12

Je suis protégée contre la grippe car je me vaccine/me soigne avec de l'homéopathie

A
VRAI
B
FAUX
C
NE SAIT PAS
Explication pour la question 12: 
Les médicaments homéopathiques ne peuvent pas être considérés comme des vaccins et se prévaloir de la désignation de « vaccins homéopathiques ». Leur utilisation à la place du vaccin anti-grippal constitue une perte de chance, notamment chez les personnes à risque de complications, comme le précise le Conseil supérieur d’hygiène publique de France. Source : http://www.ansm.sante.fr/S-informer/Points-d-information-Points-d-information/L-ANSM-rappelle-qu-aucun-medicament-homeopathique-ne-peut-etre-considere-comme-un-vaccin-contre-la-grippe-Point-d-Information
Une fois terminé, cliquez sur le bouton ci-dessous. Toutes les questions que vous n'avez pas complétées sont marquées comme incorrectes. Obtenir les résultats
Il y a 12 questions à compléter.
Back To Top
×Close search
Rechercher